Marathon de Paris

Marathon de Paris

Donc, moi, pendant ce temps, j’étais à Paris pour le marathon avec le tee-shirt du Club….
Un véritable temps de printemps, soleil, ciel grand bleu, chaleur.
Idéal pour croiser des parisiennes en jupe courte..
Vendredi après-midi : salon du running.
Samedi matin : breakfast-run de 5 km avec 4000 participants. Départ rue du Louvre et arrivée aux Invalides.
Très sympa, j’ai retrouvé des anciens du club : voir photo
Dimanche : marathon de Paris. Voir les chronos ci-après pour mon ami Louis.
Oui, je suis un peu fada. 3 marathons en 3 semaines d’intervalle. Faut être un peu dingue.
Marseille le 18 mars / Saint Tropez le 25 mars / Paris le 8 avril.
Sans oublier les courses du weekend pascal : Antibes le lac de Carcès.
Ok, ça fait un peu trop mais c’est rudement bon.
J’adore, je suis accro, c’est ma drogue.
Bon alors, pourquoi je cours des longues distances..… ?
Pas pour le chrono. J’avais oublié ma Garmin dans ma chambre.
Non, simplement pour me sentir vivant, pour ressentir des émotions, pour être submergé par cette vague de plaisir et de joie du départ jusqu’à la ligne d’arrivée, pour cette petite larme qui vient mouiller mes yeux quand c’est terminé.
Oui, je cours pour être avec moi, seul au milieu de tous les autres, seul avec tous les autres.
Je cours après moi.
Je cours pour me rencontrer, me retrouver.
Je me confronte à moi-même en corps à corps, en tête à tête, en face à face, en côte à côte, à mes doutes, à mes souffrances, à mes rires, à mes pensées, à mes désirs, à mon manque, à son absence, à son sourire, à mes rêves.
Alors, je prends le temps.
Sur 42.195 km de bitume, je suis libre.
Il n’y a rien à gagner or une médaille et un tee-shirt.
Et je ne ferai jamais un podium.
Je cours pour rien mais je gagne tout.
Déjà d’ek-sister.
« 1'homme seul existe. Le rocher est, mais n'existe pas. L'arbre est, mais il n'existe pas. Le cheval est, mais il n'existe pas. L'ange est, mais il n'existe pas. Dieu est, mais il n'existe pas » Heidegger.

Rédigé par Philippe MICHELOT.